Le village de Kolia prépare la Saint Pierre Chanel : première journée

Retour au four à bananes

Retour au four à bananes

On met dans un bol

On met dans un bol

Puis dans des feuilles de bananier

Puis dans des feuilles de bananier

Enveloppés ainsi, ils seront prêts à offrir, avec des bananes, à la famille et aux amis

Enveloppés ainsi, ils seront prêts à offrir, avec des bananes, à la famille et aux amis

Dégustation immédiate, c'est tout chaud, de la soeur d'Ana et de sa famille

Dégustation immédiate, c’est tout chaud, de la soeur d’Ana et de sa famille

Ana me présente un autre mets, préparé la veille : le fakaafulu. Ce sont les mêmes ingrédients, mais il est cuit dans le four

Ana me présente un autre mets, préparé la veille : le fakaafulu. Ce sont les mêmes ingrédients, mais il est cuit dans le four

Le voilà de plus près, c'est lisse et compact : lait de coco et amidon.

Le voilà de plus près, c’est lisse et compact : lait de coco et amidon.

En tant qu'amie, voici mon panier, bananes, sua, et fakaafulu.

En tant qu’amie, voici mon panier, bananes, sua, et fakaafulu.

Les petits cochons sont cuits, l'un sera offert à la famille plus lointaine

Les petits cochons sont cuits, l’un sera offert à la famille plus lointaine

Avec des taros bien sûr

Avec des taros bien sûr

L'autre se partage tout de suite.

L’autre se partage tout de suite.

Arrivée du sua

Arrivée du sua

P1170176

On ouvre le four

On ouvre le four

Sous les feuilles de bananier, du bois pour isoler

Sous les feuilles de bananier, du bois pour isoler

Et encore des feuilles

Et encore des feuilles

Premier régime de bananes

Premier régime de bananes

On continue à les sortir, le père d'Ana, son oncle et Ana

On continue à les sortir, le père d’Ana, son oncle et Ana

Tout ou presque est sorti, l'oncle d'Ana prend les dernières bananes dans le trou

Tout ou presque est sorti, l’oncle d’Ana prend les dernières bananes dans le trou

La Saint Pierre Chanel, c’est le 28 avril. On célèbre le premier saint du Pacifique, saint et martyr à Futuna. Les deux villages qui organisent les festivités, ce sont Poï, où se trouve le sanctuaire, et Kolia qui est sur la même bande de terre futunienne. Il faut se rappeler que Futuna est divisée en bandes qui traversent l’île dans sa largeur et qui correspondent à de mêmes familles, des villages frères.

Donc pour la Saint Pierre Chanel, les villages de Kolia et Poï alternent, l’un prépare le petit déjeuner, et le kava, et le Katoaga, l’autre anime la messe. Cette année, c’était le tour du  village de Kolia, le village d’Ana pour le la nourriture.

Ce n’est pas une mince affaire, car il s’agit de nourrir toute l’île ce jour-là. Le festin du petit déjeuner est un repas complet, avec salades, cochons, poulets, crabes de cocotier, et du gâteau en dessert.

C'est bientôt la dégustation, et c'est une tâche bien accomplie

C’est bientôt la dégustation, et c’est une tâche bien accomplie

La famille qui vit dans l’île va venir aider aux préparations, qui prennent deux jours, et la veille, le 27, il y a un premier repas, avec des mets spéciaux. Deux fours sont mis en place, l’un derrière la maison sert à faire mûrir les régimes de bananes, qui sont mis à chauffer dans un trou recouvert de feuilles de bananier et de sable. Le deuxième four, est le four à umu traditionnel, où l’on cuit sur un fond de pierres brûlantes le cochon, les taros et le poisson dans des feuilles de bananier. Là aussi, le tout est recouvert de feuilles, puis de sable.

La maman d'Ana enlève le sable qui recouvre le trou aux régimes de bananes

La maman d’Ana enlève le sable qui recouvre le trou aux régimes de bananes

Je suis arrivée la veille, à 8 heures et demie, les cochons et les t

Juste à côté, du poulet pour le repas de la journée, l'essentiel du repas de famille sera le sua, et d'autres mets de fête

Juste à côté, du poulet pour le repas de la journée, l’essentiel du repas de famille sera le sua, et d’autres mets de fête

Le four familial est près de la rivière, abrité sous un toit de tôle. Il pleut souvent à Futuna.

Le four familial est près de la rivière, abrité sous un toit de tôle. Il pleut souvent à Futuna. On peut voir les coques de coco qui servent au feu

Les cochons du jour sont déjà cuits. Ils seront offerts à la famille et aux amis

Les cochons du jour sont déjà cuits. Ils seront offerts à la famille et aux amis

Les taros aussi sont cuits, on les mange un peu comme du pain

Les taros aussi sont cuits, on les mange un peu comme du pain

Les pierres sont encore bien chaudes, prêtes pour le sua

Les pierres sont encore bien chaudes, prêtes pour le sua

Les instruments de travail, et les traces du travail

Les instruments de travail, et les traces du travail

Dans la rivière, Meesi nettoie un petit cochon qui ira dans un four voisin

Dans la rivière, Meesi nettoie un petit cochon qui ira dans un four voisin

Pour le sua , l'amidon est d'abord mélangé à l'eau

Pour le sua , l’amidon est d’abord mélangé à l’eau

Mélange homogène

Mélange homogène

Le coco a été rapé

Le coco a été rapé

Le père d'Ana met le rapé de coco dans un foulard

Le père d’Ana met le rapé de coco dans un foulard

Il en presse le jus : c'est du lait de coco

Il en presse le jus : c’est du lait de coco

Pendant ce temps, on met des pierres chaudes dans l'amidon

Pendant ce temps, on met des pierres chaudes dans l’amidon

Et on les tourne avec des bâtons

Et on les tourne avec des bâtons

On ajoute le lait de coco

On ajoute le lait de coco

On fait "revenir" les pierres

On fait « revenir » les pierres

Puis on le retire

Puis on les retire, c’est prêt

aros étaient déjà cuits et les hommes préparaient le sua qui se fait avec de l’amidon mélangé à de l’eau, dans lequel on verse du lait de coco, et l’on jette des pierres brûlantes, tout en remuant avec des bâtons. Puis on enlève les pierres et l’on a obtenu une pâte un peu collante, qui se consomme chaude avec des bananes, en les trempant dans du lait de coco.

Ensuite, nous sommes parties, Ana et moi distribuer des mets et des bananes à des amis qui habitent en dehors du village de Kolia.

Quand nous sommes revenues, les deux petits cochons étaient grillés, les taros aussi, et c’était l’heure du repas, 10 heures. Mais aussi c’était la fin de la première journée de préparation, celle pour la famille.

Découpe du petit cochon

Découpe du petit cochon

Ma part du festin. Comme chacun le fait à Futuna, j'emporterai ce que je ne mange pas tout de suite.

Ma part du festin. Comme chacun le fait à Futuna, j’emporterai ce que je ne mange pas tout de suite.

La petite soeur d'Ana fait des paquets pour emporter aussi.

La petite soeur d’Ana fait des paquets pour emporter aussi.

C'est enfin l'heure du repos - jusqu'à minuit

C’est enfin l’heure du repos pour Ana – jusqu’à minuit

Pour le père d'Ana, repos aussi, cette nuit, il tuera le gros cochon pour le katoaga

Pour le père d’Ana, repos aussi, cette nuit, il tuera le gros cochon pour le katoaga

La maman d'Ana, enfin au repos

La maman d’Ana, enfin au repos

La petite cousine, Mona Flores

La petite cousine, Mona Flores

Portrait d'Ana Malia, fatiguée, mais satisfaite du travail accompli.

Portrait d’Ana Malia, fatiguée, mais satisfaite du travail accompli.

Leave a Comment

Filed under Vie quotidienne

Comments are closed.